panneau radarDepuis quelques jours, un courrier annonçant, entre autre, la suppression des panneaux signalant les radars fixes circule sur internet de courrier électronique en messages sur Facebook. Heureusement, tout son contenu est "un faux intégral" dixit Brice Hortefeux.

En effet, le courrier qui se donne des allures officielles avec la traditionnelle Marianne sur fond tricolore et la signature d'un chef de cabinet du ministre est prétendument une information confidentielle destinée aux préfets. Le courrier annonce "qu'à compter du 1er janvier 2010, les installations des panneaux annonçant la proximité des radars ne seront plus systématiques à la demande des associations contre la délinquance routière" mais aussi que "dès 2010 les positionnements seront multipliés, l’objectif étant de mettre en place des points fixes de contrôle tous les 10 kilomètres sur les axes principaux de vos régions pour tendre vers un point tous les deux kilomètres d’ici 2015".

La seconde partie du courrier est encore plus abracadabrante: 'Le passage en société anonyme de la poste apporte également quelques modifications pour améliorer la rentabilité des services, ainsi l’affranchissement ne sera plus pris en charge par l’administration et les contraventions seront expédiées en port dû dès le 1er janvier 2010. Si le contrevenant ne veut pas acquitter la taxe l’affranchissement et qu’il refuse le courrier, l’amende sera doublée et réclamée par le trésor public. En cas de non paiement ce sera alors aux gendarmes et policiers de se présenter au domicile du susnommé pour encaisser les sommes selon la procédure actuelle en vigueur."

Il n'en faut pas plus pour penser immédiatement à un canular. Et en effet, en plus que le contenu soit totalement farfelu notamment dans sa seconde partie, le courrier est signé par G. Ardeneau, un chef de cabinet du ministre qui n'existe pas. De plus, le logo du ministère utilisé sur le document ne correspond pas du tout au logo officiellement en vigueur. Enfin, la sécurité routière n'est pas rattachée au ministère de l'intérieur mais dépend du ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer.

On apprend également que le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a porté plainte ce matin pour "faux" après la diffusion sur internet de cette fausse note aux préfets, prétendument signée par son chef de cabinet. La police judiciaire devrait maintenant se charger de l'enquête pour remonter aux plaisantins qui n'ont pas hésité à usurper les fonctions d'un haut cadre de la place Beauvau.

Pour conclure sur le sujet, je vous livre ses quelques mots de Jacques Chevalier, chef de la chronique automobile au Figaro, qui a également reçu ce courrier : «Nous avons aussitôt flairé le canular, dit-il, mais nous savons aussi d'expérience que certaines informations apparemment incroyables finissent par se concrétiser, surtout en matière de sécurité routière...».