Depuis le début de l'année 2009, les conducteurs suisses flashés par un radar automatique en France reçoivent leur PV. En effet, l'Accord de Paris, un accord d'échange d'informations basé sur un système informatique novateur en Europe baptisé Eucaris a été mis en place pour les ressortissants français et suisses flashés pour excès de vitesse ou sanctionnés par un PV de stationnement dans les deux pays. Ainsi, un conducteur suisse flashé en France recevra son PV chez lui et il en sera de même pour un conducteur français flashé en Suisse. Le même système est en place avec le Luxembourg depuis 2005, par contre, les ressortissants des autres pays passent toujours entre les mailles du filet et restent impunis lorsqu'ils ne sont pas interceptés sur le champ.

Depuis le début de l'année, 10.000 suisses ont reçu un PV en provenance de France. Après un départ timide avec seulement 334 contraventions au mois de janvier, les chiffres ont augmenté progressivement jusqu'à atteindre 1800 PV au mois d'octobre. Le système d'échange de données qui n'était pas bien rodé en début d'année commence à tourner à plein régime. Le taux de paiement des usagers suisses verbalisés est supérieur à 80%.

Pour les automobilistes français flashés en Suisse, le nombre de contravention expédiées n'a pas été communiqué, mais cette année 41.339 automobilistes français ont déjà été flashés sur le réseau routier suisse. Si auparavant une identification n'était requise que pour les amendes supérieures à 120 francs suisse désormais, plus moyen de passer entre les mailles du filet quelque soit l'excès de vitesse.

Il faut également signaler que l'Accord de Paris comprend les modalités pour une exécution forcée, c'est-à-dire que si les contraventions ne sont pas payées, une procédure de recouvrement peut être déclenchée.