A l'Assemblée Nationale, le gouvernement, par l'intermédiaire du secrétaire d’État Christian Blanc, a confirmé la fiabilité des radars suite à une question de Rudy Salles (Nouveau Centre).

Christian Blanc a indiqué clairement qu'en application du décret du 3 mai 2001, le fabricant et installateur, en l’occurrence la société SAGEM, dispose d’un système d’assurance qualité approuvé par le Laboratoire national d’essais, ce qui l’habilite à procéder à la vérification des appareils qu'elle met en service ou répare. Pour le gouvernement, il n'y a pas lieu de remettre en cause la fiabilité et l’impartialité des procédures de contrôle de la vitesse

Comme nous vous l'avions indiqué, Christian Blanc a confirmé que seuls les nouveaux radars mis en service, donc les radars sortant de la chaine de fabrication SAGEM, sont vérifiés par SAGEM. Les vérifications annuelles sont ensuite effectuées par les services de la DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie de la Recherche et de l'Environnement).

Certaines associations d’automobilistes ont tout de même saisi la justice pour contester plusieurs cas de contravention pour excès de vitesse, malgré les affirmations du gouvernement, les procédures se poursuivent.

Dans tous les cas, et pour répondre aux nombreuses questions que cette nouvelle zone d'ombre a soulevé, seuls les PV qui n'ont pas encore été payé peuvent être contestés. Dans tous les autres cas, en payant le PV, vous avez reconnu l'infraction interdisant ainsi toute contestation.